Elle croyait être embauchée et se fait arnaquer.

image_pdfimage_print

Elle croyait être embauchée et se fait arnaquer de 1500 euros via un reseau social.

Irène, de Pléneuf-Val-André (Côtes-d’Armor), a répondu à une offre d’emploi sur un groupe local d’une page F*********. Au final, Irène, a été escroquée de 1500 euros. Une arnaque que rapporte Le Penthièvre.

Tout commence par une offre d’emploi qu’elle découvre sur la page d’un reseau social dans “Petites Annonces” – Côte de Penthièvre [Lamballe-Erquy-Pléneuf]. Embauchée en contrat aidé comme agent polyvalent dans une école à Pléneuf-Val-André, Irène cherche une activité complémentaire.

“Je m’occupe de la cantine, de la garderie, je fais un peu de ménage et je gagne 650 euros par mois. Ce n’est pas beaucoup et je suis toujours à la recherche de petits plus car j’ai des enfants à charge et je vis seule.”

Sur l’offre d’emploi postée sur Facebook, il est précisé qu’ « un couple cherchait une personne pour remettre une maison en état avant son retour du Canada où ils habitaient alors. Cette maison, qu’il voulait louer à Erquy pour s’y installer, avait besoin d’un bon coup de ménage avant son arrivée. Il cherchait une personne de confiance pour 15h par semaine pour récupérer les clefs de la maison et s’en occuper ».

Elle encaisse un chèque de 1800 euros


Intéressée, Irène répond à l’annonce, qui semble normale. Aucun élément n’éveille ses soupçons :

“Les gens m’ont dit qu’ils m’enverraient un chèque pour me payer. J’ai reçu le chèque qui comportait aussi une somme équivalente au premier mois de loyer de la maison. Je devais donc encaisser le chèque, garder mon salaire de 300 euros et donner 1500 euros à une de leurs amies qui devait payer le loyer et me remettre la clef pour que je puisse travailler. J’avais donc un chèque de 1800 euros que j’ai mis sur mon compte.”

Mais, le lendemain, les pseudos propriétaires la contactent et lui indiquent que leur amie est malade. Il lui demande de payer plutôt le loyer par carte bancaire. Irène n’en a pas. Ils lui demandent d’envoyer un mandat de 1500 euros, ce qu’elle fait.

Le chèque était volé
Elle ne reverra jamais son argent. Deux jours après, sa banque lui annonce que le chèque de 1800 euros qu’elle a encaissé est un chèque volé.

“J’ai donc envoyé 1500 euros dans la nature, que je ne reverrai jamais… Tous les échanges se sont faits par mail et une fois sur un portable“.

Victime de cette arnaque, Irène, à découvert, doit en plus s’acquitter de frais bancaires.

“Il va me falloir deux mois et demi de salaires pour rembourser ça et encore, sans rien dépenser ! Je vais mettre en fait très longtemps, avec les frais qui s’ajoutent et l’interdit bancaire qui menace. Je suis désespérée”.

Pour le moment, Irène souligne que sa banque n’a pas donné suite à ses sollicitations. En attendant qu’une solution lui soit proposée, elle souhaite témoigner « pour que ça n’arrive pas à d’autres. Mais, je sais qu’une autre jeune femme a été victime d’une annonce similaire, pour de la garde d’enfants sur cette même page ».

Irène a porté plainte auprès de la gendarmerie. Une enquête est ouverte.

Notre conseil :

Vérifiez que l’offre d’emploi est valide en s’assurant que l’entreprise est bien enregistrée  a la chambre de commerce ou de l ‘artisanat sur le site ” info greffe”.

regarde dans la mesure du possible s l ‘annonce fait partis des liste des offres disponible sur pole-emploi.

Vérifiez  si possible si les contact de votre “ami ou site d’emploi ” sont existant 

 

Pour vous plumer, les charlatans du web ne reculent devant rien. Voyez leurs dernières trouvailles… Et fuyez-les !

Autant le web fourmille de services qui vous veulent du bien, autant il regorge également d’escrocs. Souvent intouchables, car basés à l’étranger ou couverts par des Conditions générales de vente (CGV) que l’on accepte sans même les lire, ils pullulent sur les premières pages de Google… Voilà les dernières entourloupes accrochées par nos radars. Et nos conseils pour ne plus jamais tomber dans le panneau.

L’éthylotest obligatoire bradé – 70 %
Incroyable, mais vrai : même cinq ans après, l’arnaque à l’éthylotest fait encore des victimes ! On rembobine : depuis 2013, tout automobiliste est “tenu de posséder un éthylotest à bord de son véhicule” … mais en cas de défaut il ne peut être verbalisé. Bref, on ne risque rien. Sauf à se laisser abuser par les infos alarmistes publiées par des sites leurres . Jouant sur la peur du gendarme, ils vous incitent à acheter un éthylotest soldé – coup de bol – 49,99 € au lieu de 166 €. Une cochonnerie made in C***, en fait, vendu par un escroc planqué a l ‘etranger. Ouste !

1er site d’annonces d’occasions. Ou pas

Ce site a déjà eu plusieurs vies,A chaque fois, le modus operandi est le même : des opérateurs démarchent les vendeurs d’occasions trouvés sur Leboncoin (ou ailleurs) en leur promettant la lune : multidiffusion sur un réseau de sites Web, vente “à coup sûr en seulement 3 jours” , garantie “vendu ou remboursé”… Le tout moyennant 39,90 €. Sans intérêt ! Diffusez vous-même votre annonce, ça vaut mieux (et bien moins cher).

La vignette écolo qui rime avec escroc

Tous vous réclament du cash pour commander, à votre place, votre pastille Crit’Air, qui sera obligatoire à compter du 1er juillet : 10 € sur le premier , 1€… plus un abonnement bimestriel bidon à 29,99 € sur le deuxième ; 14,10 € sur le troisième, 19,85 € sur le quatrième… N’en jetez plus ! La vignette coûte 4,18 € sur le site officiel Certificat-air.gouv.fr. 

La pseudo-demande de carte grise
> Carte**gf****ra**e.fr, Fo**e**s-carte****e.fr : ces sites ne possèdent pas d’habilitation leur permettant d’effectuer, pour votre compte, des démarches d’immatriculation dans le SIV. Bref, pour 39,90 € ils se bornent à “pousser” en préfecture votre dossier de demande. Faites-le vous-même, ça vous coûtera un timbre. Et rien si vous vous déplacez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.